Marialys Sophrologie
Sophrologue certifiée R.N.C.P. Agnetz, Clermont, Beauvais

La sophrologie pour se retrouver

01 Mar 2022 Marie-France Muller Travail

En tant que sophrologue, mon rôle est d’aider les personnes à identifier leurs émotions, à mieux les comprendre pour les surmonter.

J’ai pu accompagner trois femmes en fin de carrière et en épuisement professionnel.

Désireuses de retrouver un équilibre émotionnel, elles ont voulu tester les bienfaits de la sophrologie. J’ai pu échanger avec elles sur ce sujet de société.

 

Le mois dernier c’est « Tali » qui témoignait de son vécu en fin de carrière professionnelle.

Elle a fait état de la souffrance émotionnelle qu’elle a subi dans son dernier emploi.

Elle a expliqué comment la Sophrologie l’a aidée à se reconstruire.

Ce mois-ci c'est V.B. qui à son tour a accepté de se confier sur son ressenti en tant que femme accomplie, en fin de carrière.

 

V.B.  est une femme au caractère affirmé qui a toujours fait face à l’adversité et qui, après une expérience professionnelle enrichissante, s’attendait, au bout de 26 ans passés dans la même entreprise, à partir à la retraite à 62 ans avec la reconnaissance de sa hiérarchie.

Les choses ne se sont pas déroulées comme prévu, Voici son témoignage :

 

Que pensez-vous de la place faite aux femmes dans le monde du travail ?

V.B. : On nous parle beaucoup de la bienveillance, ce n’est pas le cas pour les femmes séniores au travail.

Dans ce cas, nous sommes plutôt  et surtout sur de la malveillance ! En fin de carrière, on nous pousse vers la sortie au plus vite…

 

Pouvez-vous me décrire en quelques mots votre parcours professionnel ou en êtes-vous aujourd’hui ?

V.B. : Ayant un bac en comptabilité, sur 40 années, j’ai travaillé dans différents domaines.

Au début comme employée comptable-secrétaire, puis 5 années en tant que Responsable en hôtellerie, puis après 26 années au service des personnes âgées, Responsable de secteur « services Aide à Domicile », (26 ans dans l’Association).

En burn-out encore à ce jour à cause de la surcharge de travail et du manque de reconnaissance malgré mon investissement durant toutes ces années.

Je me suis toujours investie énormément dans ma vie professionnelle, que j’ai toujours exercée avec respect, humanité et sérieux, malgré les difficultés quotidiennes liées au métier.

Je dois dire que les contacts humains avec mon équipe, la bienveillance et l’aide apportée aux personnes âgées à leur domicile, m’ont aidé à « tenir » malgré le stress.

J’ai particulièrement apprécié le travail d’équipe avec mes collègues pendant une quinzaine d’années. Puis il y a eu le « turn-over » du personnel.

Les anciennes collègues pourtant qualifiées ont quitté l’association laissant la place à des personnes beaucoup moins investies dans leur travail.

Ce qui a occasionné la désorganisation et la fin de l'esprit d’équipe.

 

Avant de rencontrer votre praticienne sophrologue, aviez-vous connaissance de cette discipline ?

V.B.  :  J’avais réalisé 5 séances collectives en cure en septembre 2021, et donc, j’avais besoin de continuer individuellement.

Quel bénéfice retenez-vous de la pratique de la sophrologie ?

V.B. : Les séances me sont très bénéfiques pour me ressourcer et j’observe à quel point le corps humain est en relation avec le mental et indispensable pour évacuer le mal être de soi.

Pour conclure, comment vous projetez-vous dans l’avenir ?

V.B. : J’envisage de quitter l’Oise. Notre projet avec mon époux est d’acheter une nouvelle maison en Vendée pour pouvoir ouvrir des chambres d’hôtes pour commencer une nouvelle aventure avec l’humain.

****************

V.B. à nettement modifié sa vision des choses au fil des séances.

L’amertume du départ a laissé la place à une vision améliorée d’elle-même, grâce à sa prise de recul.

Consciente de son potentiel, elle a de nouveau confiance en elle, s’est reprise en main, fait des projets d’avenir et arrive à se projeter dans le futur.

En définitif, la volonté, l’envie de s’en sortir, la résilience et l’assiduité ont aidé V.B. à faire les choix nécessaires à son mieux-être, en conscience.

Son implication dans l’apprentissages des techniques de la sophrologie s’est avérée payante.

Aujourd’hui, elle prend soin d'elle et veille à se prémunir des situations anxiogènes.

Une page se tourne pour laisser la place à un avenir paisible, riche de nouvelles expériences positives.

 

« Pour aller de l’avant, il faut prendre du recul car prendre du recul, c’est prendre de l’élan »

(MC Solaar)

 

Marie-France MULLER


Articles similaires

Derniers articles

01 Mar 2022

En tant que sophrologue, mon rôle est d’aider les personnes à identifier leurs émotions, à mieux les comprendre pour les surmonter.
J’ai pu accompagner trois femmes en fin de carrière et en épuise...

17 Jan 2022

 
Lors de mes accompagnements en sophrologie, j’ai été amenée à rencontrer principalement des femmes d’âge mûr toujours en activité, épuisées par leurs conditions de travail souvent pénibles.
Dési...

13 Nov 2021

Lorsque vous travaillez, il faut être bien, en forme ! aussi bien physiquement que moralement.

Mais comment fait-on lorsque l’on travaille pour être bien ?
Parce que l’on est de plus en plus dans ...

Catégories

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.